Florilettres

Édito avril 2019. Par Nathalie Jungerman

Léo Gausson & Maximilien Luce Pionniers du néo-impressionnisme

Léo Gausson & Maximilien Luce Pionniers du néo-impressionnisme
Édito

Le musée Gatien-Bonnet de Lagny-sur-Marne et le musée de l’Hôtel Dieu de Mantes-la-Jolie se sont associés pour présenter « Maximilien Luce & Léo Gausson. Pionniers du néo-impressionnisme », une exposition qui vient de se terminer à Lagny et sera reprise à Mantes, du 27 mai au 16 août 2019. Le commissariat a été assuré par les attachées de conservation de chaque musée, Céline Cotty et Jeanne Paquet.

Léon Gausson (1860-1944), qui décide de se faire appeler Léo par indépendance de caractère à l’âge de vingt ans, est un artiste latignacien. Il rencontre Maximilien Luce (1858-1941) dans l’atelier parisien du graveur et illustrateur Eugène Froment. On est en 1876, ils ont respectivement seize et dix-huit ans, seront ouvriers graveurs avant de se passionner pour la peinture et de former avec le fils de Camille Pissarro, Lucien, le « groupe de Lagny » (l’appellation date de 1970). Ils participeront activement aux recherches picturales du mouvement néo-impressionniste initié par Georges Seurat. Les deux hommes entretiennent une relation amicale et artistique que révèle leur correspondance étalée sur une quinzaine d’années et conservée pour une grande partie dans le fonds d’archives du musée Gatien-Bonnet. Elle est au cœur de l’exposition qui présente également une réponse d’Émile Zola à un long courrier de Léo Gausson et des lettres que ce dernier a échangées avec Paul Signac, Camille ou Lucien Pissarro.
Le « Divisionnisme » de Seurat, rebaptisé par Signac « Pointillisme » et nommé en 1886 « néo-impressionnisme » par le journaliste et critique d’art Félix Fénéon, est un des sujets du dialogue épistolaire. Il se regarde au travers d’œuvres aux couleurs pures dont la juxtaposition par petites touches crée un « mélange optique » et suscite des teintes subtiles et lumineuses. L’exposition présente le parcours et l’œuvre de deux artistes qui ont contribué, aux côtés de Seurat et Signac, à ce mouvement pictural dont l’influence est essentielle pour l’évolution de l’art. Elle permet de redécouvrir Maximilien Luce et de rendre hommage à Léo Gausson trop peu connu. Un très beau catalogue, dont la publication a été soutenue par la Fondation La Poste, accompagne et enrichit la présentation des œuvres.

Rencontre avec Céline Cotty qui a guidé notre regard lors d’une visite de l’exposition dans les Salons d’honneur de l’hôtel de ville de Lagny-sur-Marne...


Sites Internet

Lagny-sur-Marne
http://www.lagny-sur-marne.fr/evenement/exposition-maximilien-luce-leo-gausson/

Maximilien Luce / Léo Gausson
https://matifat.com/gausson.html

Mantes-la-Jolie
http://www.manteslajolie.fr/MUSEE%20DE%20LHOTELDIEU