Actualités

25e édition du festival de la correspondance de Grignan • Révolutions

25e édition du festival de la correspondance du 6 au 10 juillet 2021
sur le thème « Révolutions »
dans le respect des règles sanitaires.

Mardi 6 juillet

LECTURE SPECTACLE
20h00 - 21h00

avec le soutien de la Fondation d’Entreprise La Poste

« Est-il possible que je sois destinée à passer mes jours dans un tel siècle et avec de tels hommes ? »

Correspondance de Marie-Antoinette, Reine de France. 
avec Noémie Gantier et François Deblock
mise en espace Yves Beaunesne
adaptation Virginie Berling

Les lettres de Marie-Antoinette, écrites dans une langue française remarquable d’élégance et de justesse, nous font entrer dans une intimité et dans l’Histoire. Nous entendons sa voix de toute jeune fille, encore docile, parfois gaie, parler à sa mère l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, la jeune femme se confier à son frère l’empereur Joseph II, la reine mener des tractations avec ses conseillers, la femme plus mûre rassurer le comte de Fersen, le personnage historique parler à ses juges et à la postérité.
Espièglerie, émotion, lucidité : la plume de Marie-Antoinette exprime tout.
La légèreté, que certains qualifient de frivolité, se mue au fil des ans en une gravité, une conscience politique, un courage, et une dignité qui feront entrer cette reine de France dans la légende. 


Mercredi 7 juillet

RENCONTRE LITTÉRAIRE
10h15 - 10h45

animée par Catherine Pont-Humbert
avec le soutien de la Fondation d’Entreprise La Poste

avec Dima Abdallah
pour Mauvaises Herbes, Sabine Wespieser, 2020 (Prix Envoyé par la Poste 2020)

Mauvaises herbes est un premier roman même si l’auteure écrit depuis toute petite. Ce roman est avant tout une histoire d’amour entre une fille et son père sur fond de guerre civile. Deux personnages profondément étrangers à la violence dans laquelle ils vivent, exilés parmi les leurs et qui s’enferment dans un mutisme. C’est un amour qui ne se dit pas mais le dialogue naît par chapitres interposés et se fait à travers le lecteur. C’est aussi l’histoire d’une perte. Celle d’un pays et d’un père au même rythme.

Lire l'entretien avec Dima Abdallah, par Nathalie Jungerman, sept. 2020, FloriLettres n°213)

 

REMISE DU PRIX SÉVIGNÉ - SUIVIE D'UNE RENCONTRE LITTÉRAIRE
11h15

animée par Catherine Pont-Humbert
avec le partenariat du Prix Sévigné et de la Fondation d’Entreprise La Poste

avec Olivier Muth
pour Correspondance croisée 1935-1954 Louise de Vilmorin - Jean Hugo, Éditions Honoré Champion., 2019

« Ce qui m’intéressait dans les échanges épistolaires et notamment ceux avec Jean Hugo, c’était, non pas tant les aspects biographiques ou intimes (même si l’expression du sentiment amoureux est très intéressante), mais la genèse de l’œuvre littéraire. Je pense que les ayants droit de Jean Hugo – qui ont autorisé la publication de ces lettres – ont bien compris l’intérêt qui était le mien : montrer, avec cette correspondance, l’élaboration d’une esthétique, le processus créatif de Louise de Vilmorin et l’influence qu’a eu Jean Hugo sur son écriture, surtout poétique. » (Extrait de l'entretien avec Olivier Muth. Propos recueillis par Nathalie Jungerman, nov. 2019, FloriLettres n°208


SAMEDI 10 JUILLET

LECTURE SPECTACLE
20h-21h

avec le soutien de la Fondation d’Entreprise La Poste

Frida Khalo « Plusieurs vies ne me suffiraient pas. »
Avec Olivia Ruiz
et ses musiciens David Hadjadj, clavier, Vincent David, guitare
Mise en voix Jérémie Lippmann
Adaptation Virginie Berling 

D’origines mêlées, Frida Kahlo naît au Mexique dans le petit village de Coyoacán. Son enfance merveilleuse prend fin le jour du terrible accident de la circulation qui lui brise la colonne vertébrale. Et c’est dans son lit de douleur que Frida se met à peindre.
La vie de Frida Kahlo est traversée d’amour, d’amitié, de peinture, de préoccupations sociales, d’engagement politique, et d’une tumultueuse passion pour le peintre Diego Riviera, icône nationale, qu’elle épousera deux fois. Le couple hors normes partage « la volonté de découvrir, d’aimer ce qui est découvert, avec cette douleur de toujours le perdre ».
Elle écrit à ceux qu’elle aime, elle raconte le monde qu’elle découvre et sa vie qui tourbillonne. Et sous sa plume se télescopent brusquerie et humour, désespérance et joie.
L’écriture de Frida est sans concession, tant sur le regard qu’elle porte sur le monde que dans son style. Dans ses lettres et d’autres textes personnels, Frida dévoile tout : l’amour – toujours, la douleur du corps – permanente, la politique – révolutionnaire, le courage – sans compromis, la peinture – son travail.
De cette formidable énergie émerge une constante : Frida Kahlo a la liberté chevillée au corps. Alors que son corps meurtri finit par la lâcher, elle s’exclame : « Pourquoi voudrais-je des pieds ? J’ai des ailes pour voler. »

LE PROGRAMME COMPLET

 

Lieu

GRIGNAN

Dates

Du -